525 600 minutes | 2018 – Week 10

english

 

Du 5 au 11 mars

Si mes semaines ne se ressemblent jamais au niveau du contenu, il y a bien une chose qui reste assez constante, quand le jeudi soir arrive, tout s’enchaine à une vitesse folle! Cette semaine n’a pas échappée à la règle.

J’ai commencé tranquilou en faisant du basique: accompagner Nico à la gare, faire la compta du mois de Février, préparer la communication pour le stage de 60s Go-go à Lyon, aider une autre performeuse avec sa promo, une session de tutorat sur skype et un peu d’admin pour le spectacle du samedi.

J’ai aussi avancé dans mon challenge Nose To The Rhinestones avec la création de la version française de ma sandwich board pour mon numéro Promo Girl: mise à jour des designs sous photoshop, imprimeur, achat de velcro et autres adhésifs, création et confection d’un système pour que la même planche de base puisse servir aussi bien aux affiches anglaises qu’aux affiches françaises. Ce qui représente à peu près 15 heures de travail sur la semaine.

Et puis la fin de semaine est arrivée. Jeudi soir 3h de cours de danse. Vendredi formation CQP toute la journée et cours de Broadway le soir. Samedi formation CQP toute la journée de nouveau et le soir je dansais dans le spectacle d’effeuillage burlesque Les Nuits Folles à Montpellier. J’avoue que ça m’a fait un petit quelque chose d’enfin pouvoir me produire sur une scène burlesque près de chez moi. Il n’y avait qu’une trentaine de personnes dans le public car le burlesque est quand même peu connu par ici, mais je me suis quand même éclatée sur scène. Et puis dimanche je m’étais inscrite à un stage de Jazz et Contemporain chez En Mouvance. 6 heures de stage qui se sont transformées en 7h. C’était vraiment super de passer la journée à prendre des cours avec des gens super motivés et des profs qui nous ont bien poussés techniquement et émotionnellement.

Encore une semaine bien chargée et bien productive qui m’a bien achevée, mais qui était très fun!

Je vous souhaite à toutes et tous une très bonne semaine à venir!!!

 



5 to 11 March

Even if the content of my weeks is always different, one thing never changes, when Thursday evening arrives the pace picks up and it doesn’t stop until Sunday night! This week was no exception.

I stated the week with basic stuff: driving Nico to the train station, doing my accounting for February, preparing the promo material for the Go-go workshop I’ll be teaching in Lyon, helping a fellow performer with her own promo, some mentoring on skype and some admin for the show on Saturday.

I also kept on going with the Nose To The Rhinestones challenge in creating the French version of the sandwich board for my Promo Girl act: updating the design in photoshop, going to the printer, buying velcro and other sticky tapes, creating a system so that I can use the base board for both my French and English posters, etc.. Which took in total about 15 hours of my week.

And then, the end of the week was here… Thursday evening the usual 3 hours of dance. Friday teacher training all day and Broadway class in the evening. Saturday teacher training all day again and then performing at Les Nuits Folles in Montpellier. It was a bit emotional to finally manage to perform on a burlesque stage in my hometown. There were only 30+ people in the audience (still need to find a way to build burlesque around here) but it was a really cool evening and I had a lot of fun. And then Sunday I had enrolled into a Jazz and Contemporary dance workshop at En Mouvance. 6 planned hours of dance that became 7. It felt so good spending the whole day taking classes with other like minded dancer and teachers that forced us to bring out our A game.

This was one more time a full week that was quite productive and even though I was tired on sunday night, I had fun!!!

Wishing you all an awesome week to come!

525 600 minutes | 2018 – Week 9

english

 

Du 25 février au 4 mars

C’était une semaine que j’attendais depuis longtemps, elle était écrite sur le calendrier depuis décembre avec un programme bien calé et pas mal de préparation en amont niveau logistique.

Voilà ce qu’il devait se passer:
– Lundi : Formation CQP – Journée de TD pour commencer à rédiger le rapport de de stage et préparer la soutenance
– Mardi à vendredi : Formation CQP – 4 jours de 6h de renforcement pratique pour commencer à préparer nos séances de certification
– Jeudi soir : état des lieux de notre futur appart et récupération de clés
– Samedi matin : dernières courses et préparation de la valise pour partir dans les Alpes
– Samedi après-midi : départ dans les Alpes pour 5 jours

Mais… mercredi, tempête de neige, tout a été chamboulé et les retombées ont été plus qu’ennuyeuses:
Cours de mercredi après-midi et jeudi annulés et ne seront probablement pas rattrapés
5h30 en voiture pour rentrer chez moi depuis le centre de formation le mercredi et le moteur du ventilateur a grillé
Annulation de l’état des lieux de l’appart
Annulation du départ dans les Alpes
– Et surtout, surtout, surtout, le toit au dessus de la piscine qui me sert de salle de danse en hiver s’est totalement effondré. Gros choc pour tout le monde et grosse tristesse. Heureusement que je n’étais pas en train de danser quand s’est arrivé.

Il y a quand même quelques bonnes choses qui se sont passées. On est allé voir Black Panther mardi soir, très très chouette, j’ai eu une soirée cool avec mes copines danseuses vendredi, et j’ai reçu un super paquet de deux mes élèves de Nouvelle Zélande.

Et puis j’ai aussi un peu travaillé. J’ai avancé sur la base de donnée de l’ASG. Fait une bonne dose d’admin et de communication liée au spectacle L’Improbable Cabaret auquel je participe à la fin du mois à Lyon (j’y reviendrais). J’ai préparé des retours bien détaillés et nouvelles vidéos explicatives pour mes élèves en ligne. Et puis je me suis lancée dans une nouvelle édition de Nose To The Rhinestone qui est un challenge que l’on se fixe entre danseurs burlesques de travailler un peu tous les jours dans le développement de notre activité sur un ou plusieurs thème précis. Pour cette 11eme édition que je fais j’ai décidé de me focaliser sur mes solos: Promo Girl, que je dois adapter en français, et Can I Be That One que je dois finaliser et peaufiner (Si ça vous intéresse vous pouvez suivre ce challenge dans mes stories Instagram)

Ca a été une semaine ultra longue et très très bizarre! En espérant que celle à venir sera moins chaotique!

 



26 February to 5 March

It was supposed to be an important week, it had been highlighted in the calendar since December with a really well organized schedule and a lot of prep beforehand.

This is what was planned:
– Monday: Teacher’s training with a specific course on how to write our internship dissertation and the oral presentation that goes with it
– Tuesday to Friday: Teacher’s training – 4 days – 6 hours of practical exercises each day to start working on our practical exams
– Thursday evening: inventory of fixtures and picking up the keys to our future apartment
– Saturday morning: final groceries and preparing the suitcase to go to the ski in The Alps
– Saturday afternoon: departure for 5 days in The Alps

But Wednesday, massive snow storm, all the plans went to hell and the aftermath was quite severe:
– Wednesday afternoon and Thursday classes cancelled with probably no catch up sessions
Drove 5.30 hours in the snow on Wednesday to go back home from the training center and the motor of my air vent died
Inventory of fixtures cancelled
Trip to The Alps cancelled
– But most of all, the roof over the pool that I use as a dance studio in winter totally caved in under the snow! It was a massive chock for all of us and I’m quite relieved that I was not dancing in there when it happened..

There were some cool stuff though in the middle of that. We went to see Black Panther on Tuesday and that was really good, I spent a whole evening catching up with my girl friends, and I received an awesome package from my kiwi dance students!

And I managed to work a bit. I progressed on the ASG database. I did a lot of admin and communication around the show L’Improbable Cabaret that I will be part of at the end of the month (I’ll get back to it). I spent a bit of time writting down detailed feedback and creating explanatory videos for my online students. And I started a new Nose To The Rhinestone series, which is a challenge among burlesque dancers where we aim to work at least one hour everyday on a specific project for a whole month. It’s the 11th time that I’m doing this challenge and this time my focus is on adapting the Promo Girl sandwich board to the French audience and finalizing and polishing Can I Be That One (if you are interested you can follow this on my instagram stories)

This has been such a long long long and weird week. Hoping that next one won’t be so chaotic.

I’ve heard that song before | #1 – March 2018

Cette série de billets est un peu la raison pour laquelle j’ai créé ce blog. Il s’agit ici de compiler tous les mois de ce que j’entends / lis / vois autour de moi qui touche, alimente ou remets en question les préjugés et stéréotypes sur la danse (au sens large) et parfois les arts du spectacle en général. Ce sont souvent des petits détails (quand c’est plus important je ferais des billets dédiés) et probablement parfois un peu de la parano. Mais en tout cas c’est comme celà que moi, en tant que professionnelle de la danse, je ressens ces choses dites / écrites / faites.

///

This series of posts is a bit the reason why I decided to write a blog. I want to compile here every month things I hear / read / see around me that deals with, feeds or questions the prejudices and stereotypes surrounding the world of dance and sometimes performing arts in general. Most of the times it’s details (if more important I’ll do a specific post), and sometimes maybe it can be just me feeling persecuted. But whatever it is this is how I feel and interpret those things that were said / written / done.


english

 

Pour cette première compilation, il s’agit en fait de choses que j’ai noté depuis 3 mois, puisque j’ai ce blog en tête depuis un moment, donc les prochains billets seront plus courts (il faut espérer…).

Alors voici ce que j’ai entendu / lu / vu au cours de ces derniers mois classé par thèmes.
NB. Je passe sur Christine Angot et son Plan B tout a déjà été dit.

– – – – – – – – – –

L’IMAGE DE LA DANSEUSE / DU DANSEUR

> Le physique de la danseuse

Entendu en regardant l’émission Prodiges :

“Elle est un peu grosse elle pour être prof de danse”.

Lu sur la page Wikipedia de Marie-Agnès Gillot:

“Marie-Agnès Gillot est une danseuse atypique. Elle ressemble davantage à une nageuse, ses muscles du dos étant très développés, qu’à une danseuse classique à la silhouette filiforme.”
https://fr.wikipedia.org/wiki/Marie-Agn%C3%A8s_Gillot

Personnellement je ne comprends pas à quoi ces remarques sur le corps d’une danseuse servent, surtout si on les rapportent à leurs capacités à faire leur travail! Le fait que cette dame soit “grosse” n’en fait pas une moins bonne prof de danse, cela ne change rien à ses connaissances techniques et à sa capacité à enseigner. Le fait que Marie-Agnès Gillot ait un dos de “nageuse” (et pour cause, elle a fait beaucoup de natation pour pour soigner ses problèmes de dos) n’en fait pas moins une excellente “danseuse classique”. Mais surtout je ne vois pas ce que cette dernière remarque a à faire dans une biographie, qui plus est tourné de façon assez péjorative. La section qui mentionne ceci est intitulée “Style”, ils auraient pu au moins dire en quoi ce large dos impacte son style en tant que danseuse, mais non, c’est juste un dos “atypique”. SUPER!


> La danse ce n’est pas pour les garçons

Cette petite vidéo :

https://www.facebook.com/georgehtakei/videos/1461153727316082/?hc_ref=ARTYTDD7lMTu2QVs97GMFiT4XqFYziEYW8gGnAhpwvMD4GM2pnUPNofvNhHoy_75_Jw

En discutant avec une de mes élèves :

“Mon fils est fan de danse, il passe son temps à danser avec nous dans le salon, mais il n’ose pas venir prendre des cours à cause de ses copains”

Ca me rend tellement triste

Entendu en cours de formation d’animateur sportif :

“La partie expression (NDLR c’est comme ça qu’on appelle la danse dans notre formation) de notre cursus a des caractéristiques plus féminines”

Je n’ai toujours pas vraiment compris le sens et l’intérêt de cette semarque…

 

– – – – – – – – – –

LA DANSE CLASSIQUE VS LES AUTRES STYLES

> La danse classique est plus légitime, plus professionnelle que les autres

Cet article sur LinkedIn qui à la base part d’une bonne intention :

https://www.linkedin.com/pulse/importance-being-imperfect-what-non-dancers-can-learn-oliveira

C’est peut-être juste moi et ma parano, mais voilà chaque fois que je lis des articles destinés au grand publics à propos de danseurs professionnels, ils mettent en avant ou ne mentionne que la danse classique. Ce qui est décrit dans l’article ci-dessus est à mon avis valide pour n’importe quel type de danse, alors pourquoi ne pas le dire? Pourquoi utiliser l’expression “Nous les danseurs classiques” et pas juste “Nous les danseurs”? C’est le genre de phrase qui (et encore plus en ouverture d’un article qui s’intitule “Ce que les non danseurs peuvent apprendre des danseurs professionnels”) me hérisse le poil, et le genre d’article qui entretient, sans forcément le vouloir, ce préjugé que la danse classique est plus légitime et professionnelle que les autres style de danse.

> Danse classique vs Danse contemporaine

Cet article très intéressant de Dance Magazine sur l’entraînement du danseur

http://www.dancemagazine.com/contemporary-class-dancers-technique-2534522470.html

De retour sur la page Wikipedia de Marie-Agnès Gillot:

“Marie-Agnès Gillot est souvent décrite comme «la danseuse contemporaine» de l’Opéra participant à nombre de créations et de pièces contemporaines mais n’en reste pas moins une danseuse classique pourvue d’une technique d’une rare finesse”
https://fr.wikipedia.org/wiki/Marie-Agn%C3%A8s_Gillot

Ouf on est sauvé, on a failli perdre Marie-Agnès Gillot à la danse contemporaine, dites donc!

> Et puis aussi…

Entendu en cours de formation d’animateur sportif :

“Ca dépend quelle activité vous faites, par exemple si vous faites de la danse classique vous utiliserez plus la souplesse que si vous faites du renforcement musculaire.”

Parce que j’aime chercher la petite bête et que chaque fois ça m’énerve quand les gens se sentent obligés d’ajouter “classique” alors que “danse” tout seul marche très bien aussi!!!

 

– – – – – – – – – –

SPECIAL BURLESQUE

> Quand une fille fait du burlesque c’est pour faire plaisir à son mec

Lu sur facebook après qu’une fille ait aimé la promotion pour mon stage de danse cabaret burlesque & Chair Acro:

“C’est Ernest (*ou tout autre nom de garçon que vous souhaitez*) qui va être content!”


> Il n’y a que des filles qui font du burlesque

Dans le cadre d’un challenge mensuel de dessin sur Facebook dont le thème était “Burlesque dancer” (NB: j’écris volontairement le thème en anglais puisqu’il n’y a pas de genre au mot dancer) un participant a écrit :

“Voici une peinture faite à la vas-vite que je n’ai pas eu le temps de finir. Je n’étais pas très inspirée par le thème. Qui plus est, je n’ai pas l’habitude de dessiner des femmes… ce que j’essayerai de corriger dans le futur”

J’avoue que ça a été dur de ne pas lui répondre que c’était une excuse de merde!


> Le burlesque ce n’est pas pour les hommes hétéros et en plus ce n’est pas féministe

Cette critique hallucinante d’un spectacle de cabaret burlesque paru dans stuff :

https://www.stuff.co.nz/auckland/local-news/waiheke-marketplace/101355594/pride-well-earned-for-red-room-cabaret-on-waiheke-island

 

– – – – – – – – – –

POUR FINIR…

Je laisse la parole à Marie-Agnès Gillot puisque j’en beaucoup parlé d’elle dans ce billet… Meme si l’article Wikipedia m’a un peu énervée, il m’a conduit vers un article de Libération de 2012 (http://next.liberation.fr/culture/2012/11/02/au-dela-des-apparences_857786) sur la danseuse et vers ces mots qui encadrent l’article et qui sont parfaits pour clore cette compilation de mars

” «Dommage que la société ne donne pas tout son sens à la profession de danseur, si difficile, si ingrate. Je crois que nous souffrons de l’héritage des siècles passés où notre image n’était pas toujours valorisée.»
[…]
Car décidément ce qui l’irrite prodigieusement, c’est le peu de cas que l’on fait des danseurs, «pourtant des créateurs aussi brillants que les autres. Il y a toujours un petit sourire, un brin de mépris, en gros, un manque de considération» “.

Comme quoi je ne suis peut-être pas si parano que ça…

Et si vous croisez un article ou une vidéo qui touche au sujet, n’hésitez pas à me le signaler!

 


In this first compilation, you’ll actually find things that I’ve written down over the past 3 months, since I’ve had this blog in mind for a while so the next ones might be shorter (let’s hope anyway).
Here we go, this is what I’ve heard / read / seen the past few months organized by themes.

– – – – – – – – – –

THE IMAGE OF THE DANCER

> The female dancer’s body

Heard while watching the French TV show Prodiges:

“She is a bit fat to be a dance teacher”.

Read on the French Wikipedia page of the Paris Opera Dancer Marie-Agnes Gillot:

“Marie-Agnès Gillot is an atypical dancer. She looks more like a swimmer, her back muscles are hyper developed, than a ballet dancer with a long and thin silhouet.”
https://fr.wikipedia.org/wiki/Marie-Agn%C3%A8s_Gillot

I personally don’t understand what’s the point to comment on a dancer’s body shape , especially in regards to her job abilities. Being “fat” doesn’t make this woman a lesser dance teacher, it doesn’t impact her dance knowledge or her capacity to teach. The fact that Marie-Agnès Gillot has a “swimmer” ‘s back (and probably the reason behind that is that she has used swimming as a way to treat her back issues) doesn’t make her a lesser “ballet dancer”. But most of all, in regards to that second comment, I don’t understand why this has anything to do with her biography, especially with this kind of a pejorative tone. It’s in a section called “style”, they could have at least said something about how having such a large back impacts her dancing style, but no, it’s just an “atypical” back. SO HELPFUL!

> Dance is not for boys

This video:

https://www.facebook.com/georgehtakei/videos/1461153727316082/?hc_ref=ARTYTDD7lMTu2QVs97GMFiT4XqFYziEYW8gGnAhpwvMD4GM2pnUPNofvNhHoy_75_Jw

Talking with one of my students:

“My son loves dancing, he spends his time dancing with us in the living room, but he is scared to come to dance classes because of his friends.”

This makes me so sad

In teacher’s training class few weeks ago:

“The characteristics of the expressive (i.e. dance) part of our curriculum are more feminine”

Whatever that means…

 

– – – – – – – – – –

BALLET VS OTHER DANCE STYLES

> Ballet has more legitimity and is more professional than other dance styles

This article on LinkedIn that is supposed to be motivational:

https://www.linkedin.com/pulse/importance-being-imperfect-what-non-dancers-can-learn-oliveira

Maybe it’s just me and my paranoïa, but I feel like everytime I read an article about professional dancers written for the general audience, they highlight or talk only about ballet. Evrything that is written in the article mentioned above is valid, in my humble opinion, for any kind of dance styles, so why not say so? Why use the sentence “We ballet dancers” and not simply “We dancers”? This is the kind of sentence (especially at the beginning of an article titled “What non-dancers can learn from professional dancers”) that drives me crazy, and the kind of article that maintains, without really realizing it, the prejudice that ballet is a more professional and legitimate dance style than the others.

> Ballet vs contemporary

This really interesting article by Dance Magazine about dancers training:

http://www.dancemagazine.com/contemporary-class-dancers-technique-2534522470.html

Back to the French Wikipedia page about Marie-Agnès Gillot:

“Marie-Agnès Gillot is often described at the “contemporary dancer” of the Paris Opera taking part in numerous contemporary creations and choreographies, but she remains nonetheless a ballet dancer with a rare and delicate technique.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Marie-Agn%C3%A8s_Gillot

You can rest easy, Marie-Agnès Gillot is not completely lost to contemporary dance!

> And also…

In teacher’s training class few weeks ago:

“It depends what kind of sports you do, for example you will use more your flexibility if you do ballet than if you do a muscle building activity.”

Just because I’m picky and because it annoys me so much when people use the word “ballet” when it works exactly the same with the word “dance”!!!

– – – – – – – – – –

BURLESQUE

> When a lady does burlesque, it’s to please her man

Read on Facebook after a girl liked the promo I did for my Burlesque Cabaret & Chair Acro workshops:

“Ernest (*or whatever guy’s name you wanna write here*) is gonna be so happy!”


> Only women do burlesque

As part of a monthly drawing Facebook challenge, the theme was “Burlesque dancer”, one of the participants wrote:

“Here’s a rushed painting that I didn’t manage to finish in time. I wasn’t very inspired for this theme. Furthermore, I’m not used to draw women… Something I’ll try to correct in a near future.”

It was really hard not to let him know that this was a really dumb excuse!


> Burlesque is not for hetero men and it’s not feminist

This absurd review about a burlesque cabaret show written by Stuff:

https://www.stuff.co.nz/auckland/local-news/waiheke-marketplace/101355594/pride-well-earned-for-red-room-cabaret-on-waiheke-island

– – – – – – – – – –

AND TO FINISH…

I give the final word to Marie-Agnès Gillot since she was showcased in this post twice. Even though the Wikipedia pissed me off a bit, clicking on the links in the footnotes brought me to an article about the dancer, published in the French magazine Libération in 2012 (http://next.liberation.fr/culture/2012/11/02/au-dela-des-apparences_857786) which opens and closes on those words… Perfect for this first compilation about prejudices and stereotypes in dance.

” «It’s a pity that society doesn’t give all its meaning to being a dancer, a profession that is so difficult, so trying. I think that we suffer from the legacy of previous centuries when the image of the dancer was not always gratifying.»
[…]
Because what annoys her the most, is the little regards people have for dancers, «yet they are as brilliant as any other creative person. There is always a little smirk, a touch of contempt, basically, a lack of consideration. » “.

So maybe I’m not that paranoid after all…

If you read an article or see a video that relates to this subject please let me know…

525 600 minutes | 2018 – Week 8

english

 

Du 19 au 25 février

C’était la première semaine des vacances scolaires et naïvement, je pensais que ça me donnerait le temps de souffler un peu après la semaine précédente, mais en fait non…

Tout d’abord j’ai décroché un petit boulot régulier. Sur la suggestion de ma copine Sophie (qui est aussi ma prof de danse) et après avoir tourné autour du pot pendant 2 petits mois, l’ASG Danse m’a officiellement embauchée lundi pour être leur administratrice Freelance. Avec les spectacles et concours qui approchent (d’avril à juillet), je me suis retrouvée à avoir 2-3 semaines pour re-créer intégralement leur base de données, sachant qu’ils ont près de 400 adhérents répartis sur une quarantaine de cours. Bref pas mal de boulout à l’horizon en plus de reste.

Qui dit spectacles et concours dit aussi pas mal de répétitions et de réunions entre prof pour organiser le tout. C’est pratique les vacances, le studio est libre puisque les cours sont suspendus, mais du coup c’est boulot, boulot, boulot. A côté j’ai eu bien sur comme toujours un peu d’admin perso avec de la compta post ateliers et puis déposer les papier de l’asso.

Et puis bien sur c’était surtout mon weekend à Toulouse pour le spectacle Burlesque Confessions, la première production de Pearly Poppet. Petit road trip avec un arrêt à Carcassonne à l’allée, un chouette brunch et une visite de Toulouse au retour, et entre les deux un super spectacle au cours du quel je me suis vraiment régalée. J’ai bien sur fait mon solo de la Dancer In Green que tout le monde veut, j’ai redansé mon Bittersweet Shimmer que je qui n’avais pas été booké depuis mars 2017 et puis je me suis faite ultra plaisir en proposant une impro de 10 minutes sur du vieux jazz avec mes grands éventails en autruche Flo Foxworthy. J’adore les impros vieux jazz et là en déambulation dans un cadre cabaret c’était vraiment super!

Une semaine très dansante et c’était bien sympa. J’était bien contente de voir que ce coup-ci mon corps a tenu le coup. Même si j’était fatiguée dimanche, j’étais moins sur les rotules que les fois précédentes. On se réhabitue peu à peu…

Autre truc cool, j’ai reçu cette semaine un petit coli de Nouvelle-Zélande qui contenait les dessous par Flo Foxworthy et les nouvelles chaussures pour mon deuxième solo de chair dance Can I Be That One. Je vais enfin pouvoir le finaliser!!! Yeah!

En vous souhaitant à toutes et tous une bonne semaine à venir. La mienne va être bien chargée!

 



19 to 25 février

It was the first week of school holiday and, naively, I thought I would be able to breath a bit after last week, but that didn’t work…

First I got a new job! Following up on a suggestion from my good friend Sophie (who is also my dance teacher) and after thinking about it for about 2 months on their side, on Monday the l’ASG Danse has officially hired me as a freelance administrator. With shows and competitions coming up from April to July, there is a lot of work to do including reorganizing their entire database in 2-3 weeks, knowing that they have about 400 students and 40 different classes. So that’s a big load to add to my usual work, but I can do it.

Of course when you say shows and competitions coming up, it also means, a lot of practices and teacher’s meetings. Easy to add more stuff when the studio is available during school holiday! Of course I also had my own admin to do with the accounting post courses and finalizing my associative structure.

And then there was the weekend in Toulouse for Burlesque Confessions, the first show produced by Pearly Poppet. We did a little road trip from Montpellier with a stopover in Carcassonne on the way there, a great brunch and a visit of Toulouse on the way back, and in between an awesome show that I enjoyed so much. I performed The Dancer In Green as expected, enjoyed being back into my Bittersweet Shimmer orange costume (11 months since it was last booked) and then the best part was when I got to present a 10 minute improv of old jazz with my Flo Foxworthy feather fans. I love love love improvising on old jazz music and doing it as a roving character in a cabaret set up was simply the best!

It was quite a dancing week and that felt good. I was also happy to see that my body is holding better than the previous weeks even if I was a bit tired on Sunday. It’s getting there and that’s cool!

Another cool thing happened this week, I received a package from New Zealand with my new shoes and undies by Flo Foxworthy for my second chair solo Can I Be That One. Now I just need to finalize it! Whoop!

Wishing you all an awesome week to come, my is going to be busy!

The Road To Dreamland | Geneva Burlesque Festival – Part 3

Photo by Wally Veronesi

english

 

 
geneva-fr-title05

Il pleuvait, une fois de plus, mais on a quand même tourné, trainé, visité. A midi ça a été fondue, when in Geneva… J’ai découvert que l’on pouvait tremper des pommes de terre au lieu du pain, ça m’a plu. L’après-midi je m’étais dit que j’irais peut-etre faire un stage, parce que je fais toujours un stage dans les festivals. Mais entre mon budget restreint, et surtout ma tête un peu dans le vague suite à la veille, je suis restée me reposer. J’avoue deux semaines après je culpabilise encore, mais sur le coup je n’avais vraiment pas la force de me concentrer.

Le spectacle du soir était annoncé comme “Soirée d’exception présentant la crème de la crème des artistes suisses et internationaux”. Il fallait donc sortir le grand jeu, malgré la flemme. Maquillage, coiffage, habillage. J’ai sorti ma mini robe 60s à sequins, normalement tenue de scène, je me suis dit que j’allais la recyclée en robe de soirée.

C’est un peu dur de décrire ce spectacle tellement les numéraux étaient fabuleux! Soirée d’exception, ça c’est sur! Je retiens particulièrement Miss Botero et sa vieille qui a tellement bien fonctionné sur ce public, je l’avais déjà vu à Pragues, et cette seconde vision était encore mieux. Betty Q, fascinante avec son numéro tellement bien pensé sur l’évolution de la femme. Loulou Champagne, magnifique de finesse avec une chorégraphie ultra bien structurée. Perle Noire pour sa seconde soirée, dans un numéro moins électrique que la veille, mais toujours aussi fascinante. Lotta Love avec un tout nouveau numéro dans son style bien à elle qui m’a encore plus plu que la veille. Et Koko La Douce qui a proposé un 3ème solo totalement déjanté de 10 minutes. Une excellente soirée!!!

Au final c’était un très très bon festival. Avec de très jolis line ups les trois soirs, bien variés et de très bonne qualité. Le tout était très bien organisé et très bien produit par le comité organisateur. Ca fait beaucoup de “très”, mais ça les vaut et je suis vraiment contente d’avoir pu y participer. Même la pluie et notre retour un peu perturbé le dimanche à cause de coulées de boue sur les voies ne sont pas venus entacher cette très chouette aventure.

Retrouvez toutes les photos de cette troisième soirée sur la page Facebook du festival



 

Coming soon…

The Road To Dreamland | Geneva Burlesque Festival – Part 2

FB_IMG_1516515485150

english

 

 

Petite visite le matin car il faisait beau. Suivie d’un farfouillage dans la boutique de La croix Rouge où j’ai trouvé un pull en laine à paillettes à 5FCH pour la prochaine que j’aurais la flemme de me mettre sur mon 31 à un meet and greet. A midi McDo, chose que je ne fais jamais, mais ils avaient des crevettes tempura, alors il a fallu que je goute.

Préparation
Retour a l’hôtel pour préparer ma valise de spectacle, me doucher et me mettre en tenue de combat et direction le théâtre pour ma répétition technique à 14h.

Je découvre les coulisses, immenses, j’ai rarement eu autant de place, c’est tellement bien! Sur scène la petite tech se passe bien, sans accro, Je repère un petit trou sur la scène entre deux planches et prend note dans ma tête de ne pas reculer ma chaise trop loin. Je laisse ma chaise derrière le rideau de fond de scène et descend me préparer.

Il n’est pas encore 15h et le spectacle ne commence qu’à 20h30, mais j’aime me préparer au théâtre et prendre mon temps. Je ferais un billet sur le sujet. Alors je m’installe dans la pièce spéciale coiffure/maquillage et je m’y mets. D’abord les cheveux, ma coiffure pour The Dancer In Green prend assez de temps à faire surtout avec ma longueur de cheveux et leur poids. Puis je passe à la base du maquillage, et me rend compte que j’ai oublié mon vernis à l’hôtel, dans ma trousse de toilette. Heureusement il est à 2 pas. Je cours, je monte dans la chambre, je reviens.

Au passage, sur scène je vois que l’on utilise ma chaise pour le numéro qui est entrain d’être répété. J’hésite parce que je n’ai pas envie d’être chiante, mais quand même, j’y vais. Je demande quel est le numéro et ce qui va être fait avec la chaise. J’explique bien que ça ne me dérange pas du tout de la prêter car effectivement elle est plus jolie, plus stable et ça évite d’avoir plusieurs chaises en coulisses. MAIS 1. Ce serait bien de demander 2. Pas de liquides dessus 3. Pas de talons aiguilles 4. On ne la jette pas par terre. Oui j’ai vu faire les trois sur MA chaise dans d’autres spectacles, donc je préfère prendre les devants. Tout le monde est super sympa et compréhensif et me dit qu’ils feront bien attention.

Je me ressaisie et descend finir mon maquillage, ma préparation. Je m’échauffe. J’aime l’ambiance des coulisses, il y a des performeurs des 4 coins d’Europe, on papote en anglais, je me régale. Je mets mes faux cils, commence à m’habiller, me fait les ongles, mets mon rouge à lèvres et finit par les boucles d’oreil à clip, la torture ultime, je suis prête pour danser.

geneva-fr-title0

J’étais la seconde dans le line up. Je crois que j’ai fais une très bonne prestation. Probablement une de mes meilleures avec ce solo. En voulant expérimenter un nouveau truc, j’ai loupé un accent musical sur la fin, mais qu’importe je crois que je suis la seule à la savoir…

Ce qui est bien quand on est au début du spectacle c’est qu’on peut voir toute la suite. Je me suis dépêchée de me changer dans ma tenue de curtain call, et hop dans le public. Je n’ai raté qu’un seul numéro, celui qui était juste après moi. A l’entracte j’ai pu papoter un peu avec Elysia et Kaleb, des copains de NZ en visite en Europe qui avaient caler leur visite Suisse pour pouvoir venir me soutenir. Tellement gentils.

Les deux parties du spectacle étaient de très bonne qualité, portées par un super MC en la personne de Charly Voodoo, et ce qui était sympa c’est qu’au fur et à mesure nous nous retrouvions toutes en fond de théâtre pour regarder le spectacle. J’adore ça. Quand Maud’Amour est passée, la dernière concurrente prétendante à la couronne, on a toutes su que ce serait elle qui gagnerait le titre de Reine du festival.

Car oui, si vous ne l’aviez pas encore deviné par le titre, le spectacle était une compétition. J’avoue les compétitions ne me dérangent pas, je suis plutôt partante même. Je ne place pas tout le temps, mais ce n’est pas pour celà que je les fait. C’est principalement pour les retours du jury, quand il y en a (et je reviendrais sur ça dans un billet aussi). Parce que recevoir des feedbacks, quels qu’ils soient, qui peuvent me faire avancer, pour moi, ça vaut bien le stress que peut causer une compétition. Bien sur la couronne ça fait bien plaisir aussi, ne le cachons pas, et c’est super sur le CV et ça donne l’impression qu’on a travaillé pour quelque chose. Mais je n’ai jamais vraiment été triste de ne pas gagner, au contraire ça me force chaque fois à travailler encore plus.

Bref, avant la remise du prix, et le couronnement effectif de Maud, il y a eu les performances des 4 guests/headliners de la soirée, et c’est allé crescendo en partant d’`jà d’une super niveau. Lady Kant, productrice du Taormina Burlesque Festival, a ouvert les festivités avec un joli numéro très classique qui lui allait à merveille. Puis il y a eu Lotta Love, la gagnante de l’année précédente que j’avais découverte au festival de Stockholm et qui est devenue une de mes nouvelles chouchoutes, parfaite dans une oeuvre plastique à mis chemin entre l’installation contemporaine et le burlesque. Puis Koko La Douce avec un deuxième solo hilarant et ultra inventif. Et pour finir Perle Noire. C’était la 5ème fois que je la voyais sur scène, et elle m’a tuée. Perle est toujours à fond, mais là, elle était on fire plus que jamais. C’était de la folie totale. Nous étions toutes au fond à crier, gesticuler, pleurer tellement son solo était électrique. Ca a été dur de redescendre de l’euphorie.

Retrouvez toutes les photos de cette deuxième soirée sur la page Facebook du festival

Petite appartée chaise: elle était le clou du spectacle, je n’ai pas compté, mais elle a du être utilisée dans la moitié des numéros, si ce n’est plus. Peut-être que je devrais la louer pour financer mes voyages. Elle a plutôt été bien traitée sauf lors d’une numéro où elle a reçu un joli coup de talon aiguille, sans compter le nombre de fois ou des fesses nues se sont frottées dessus.

A suivre…



 

Coming soon…

The Road To Dreamland | Geneva Burlesque Festival – Part 1

27164458_965302166967202_2996335198681059546_o

english

 

Comme tout ici, ceci est un essai… J’aimerai arriver à faire un journal de bord chaque fois que je suis en déplacement pour des festival, je ne sais pas si ce sera pertinent, si j’arriverai à m’y tenir mais voilà mes aventures de showgirl à la conquête de la terre promise!

Mon premier déplacement de 2018 était donc le Geneva Burlesque Festival

 

geneva-fr-title01

Dates du festival | 18 au 20 janvier
Performance | Vendredi 19 janvier
Dates du voyage | 18 au 21 janvier
Moyen de transport | train – Montpellier > Lyon – Lyon > Genève
Logement | Hotel Le Prince – Quartier Plainpalais

Quand on prépare un festival en tant que performeur basique (i.e. qu’on n’est pas un invité ou un headliner) il y a toujours beaucoup d’admin à faire liée à la logistique. Comment y aller? Quel logement? Comme ce n’est pas pris en charge par le festival il faut toujours penser au plus économique. Il y a toujours plein de paramètres qui rentrent en compte, je ferais un article plus détaillé sur le sujet.

Dans le cas du Geneva Burlesque Festival, comme Nico m’accompagnait, le plus économique en partant de Montpellier était donc le train (j’ai une carte weekend, ça aide) et partager la chambre d’hôtel partenaire du festival avec 2 autres personnes. Nos deux colocataires étaient Miss Botero qui dansait elle aussi dans le festival et avec qui j’avais déjà partagé une chambre à Pragues, et un de ses amis, Jean-Charles, burlesque aficionado entre autres.

 

geneva-fr-title02

Nous avons donc pris notre train chargé avec 2 valises (une grosse pour la vie de tous les jours et une petite pour mes affaires de spectacle), ma chaise et un sac d’appareil photo. C’est un peu notre base quand on voyage pour des festivals sur moins d’une semaine. Changement à Lyon facile. Arrivée à Genève en début d’après-midi sous la pluie, mais nous nous sommes arrivés à notre hôtel sans aucune difficulté, accueillis par Miss Botero arrivée tôt le matin.

Petite balade dans le vieille ville et au bord du lac sous la pluie, retour à l’hôtel, papotage. Il est temps de se préparer pour le meet and greet and la première soirée du festival. Nous décidons avec Miss Botero de ne pas sortir le grand jeu. Il fait froid, il pleut, il faut marcher, même si je n’ai pas vraiment un pull approprié pour l’occasion, je décide de rester emmitouflée et d’éviter les talons et le bustier. Séance maquillage et coiffure et c’est partit.

Meet & Greet et Soirée d’ouverture du festival: Swiss Talent Gala Night
J’aime bien les meet and greet. Ca permet de faire un peu connaissance avec l’équipe organisatrice du festival et les autres performers, tout en mangeant de chouettes canapés, que demander de plus. J’étais contente de pouvoir pratiquer mon anglais et être un peu nostalgique avec Lucy Lovegun, tout juste arrivée de Perth. Contente aussi de rencontrer certaines performeuses européennes dont j’avais entendu parler depuis mon arrivée.

Et puis place au spectacle. Je trouve ça vraiment bien de faire une soirée dédiée uniquement aux performeurs du pays avec tous les niveaux et expériences. Toutes les personnes sur scènes étaient donc 100% suisses, de la MC aux headlineuses. L’occasion d’avoir une petite idée de la scène burlesque helvétique. Le point culminant de la soirée a été la prestation de Koko La Douce (gagnante du prix most innovative au Burlesque Hall of Fame en 2012). Son numéro “Forever Yummi” était parfait, tellement bien pensé de bout en bout, il est à voir absolument. Je n’en dirais pas plus pour ne pas spoiler, mais nous étions tous debout dans le public!!!

Retrouvez toutes les photos de cette première soirée sur la page Facebook du festival

A suivre…

 



 

Coming soon…

525 600 minutes | 2018 – Week 3

english

 

Du 15 au 21 janvier

C’était la semaine du Geneva Burlesque Festival. Je ne vais pas rentrer dans les détails du festival puisqu’il y aura un billet spécifique. Je dirais juste que je me suis régalée, c’était un festival vraiment très bien organisé, très bien produit, et j’ai eu un plaisir énorme à rencontrer tout le monde et à danser. Il a plu (beaucoup), il a fait froid (beaucoup beaucoup), le train du retour a eu du retard (comme vous le savez si vous suivez mes stories sur Instagram), mais au final j’en garde un très chouette souvenir.

Bien sur qui dit festival dit aussi préparation. J’ai pris une petite journée pour me remettre de la semaine précédente et faire l’admin liée au salon du mariage, et puis je me suis mise en mode festival. Préparer mes affaires, vérifier le costume, les tenues de soirée, le maquillage, répéter… La semaine s’est résumée à cela…

Bonne semaine à tous!!!

 



15 to 21 January

It was Geneva Burlesque Festival week. I’m not going to say too much here because I’m preparing a proper article on this. I’ll only say that I had a great time! It was a really well thought through festival, well organized, good production, awesome line up, and I had such an awesome time meeting all the participants and performing. Also it rained (a lot), it was cold (very very much), and our return trained got delayed (as you know if you follow my stories on Instagram), twice, but overall it was a really cool weekend.

Of course prior to the festival per say there was the prep. I took a day to recover from the previous week and do some wedding expo related admin stuff and switched to festival mode. Organizing my stuff, checking the costumes, the evening outifts, the makeup, and of course practice… That was pretty much my week…

Have a great week!!!